Trouvez votre expert

Vous êtes à la recherche d’un expert en bâtiment pour un problème que vous rencontrez sur votre maison / appartement ou dans vos travaux ou acquisition de bien ?

Trouvez votre expert parmi nos experts membres du réseau national Union des Experts.

Service Expertise isolation thermique

Le constat

Les systèmes d’isolation thermique par l’extérieur posés en travaux neufs et concernés par cette fiche sont constitués de panneaux isolants en polystyrène recouverts d’un sous-enduit armé revêtu d’un RPE (Revêtement de Peinture Epais organique ou minéral) ou d’une finition hydraulique. Le complexe est collé, calé/chevillé ou fixé mécaniquement (profilés de maintien) sur la paroi d’un bâtiment neuf ou ancien et assure l’isolation thermique, l’étanchéité et l’esthétique d’ensemble. Ces travaux peuvent encore aujourd’hui donner lieu à une pathologie importante, en fonction du contexte d’application, de la qualification de l’entreprise, des procédés utilisés…

Le diagnostic

Dans un premier temps limités à des problèmes d’aspect, ces désordres peuvent évoluer dans le temps en allant jusqu’à compromettre les caractéristiques d’isolation et d’étanchéité des façades. Les désordres résultent le plus souvent de facteurs concomitants. Ils sont plus significatifs sur les façades exposées aux chocs thermiques ou aux vents et plus généralement aux intempéries.

Fissurations, bombements, tuilages

Ils résultent principalement des variations dimensionnelles des panneaux, du mauvais positionnement des rails de départ ou des profilés, du mauvais agencement des isolants (découpe), de l’absence de harpage en angle, de l’utilisation abusive de mousse expansive ou de colle (placée sur les chants verticaux des panneaux à des fins de comblement), d’une insuffisance de fixation, en relation avec une épaisseur insuffisante du sous-enduit (économie de matière), un défaut de positionnement de l’armature, ou une mauvaise utilisation de la colle. Les fissurations peuvent également être causées par un mélange d’isolants PSE blancs et gris, pratique interdite pour cause de dilatation thermique différentielle entre les deux types de produits (avec aussi un tuilage possible à la clef).

Pelages, écaillages, cloquages du revêtement organique de finition

Ces désordres sont souvent révélateurs de l’absence de la couche d’impression assurant la parfaite adhérence de la finition sur le sous-enduit armé. Ils peuvent aussi être la résultante des désordres évoqués ci-dessus, par le biais
d’infiltrations d’eau à l’arrière de la finition suite à un manque d’entretien des couvertines.

Décollements ou arrachements des plaques

Ces désordres sont relatifs à la non-prise en compte des phénomènes de pression/dépression exercés par les vents sur les façades, révélant des fixations inadaptées ou en quantité insuffisante. Les systèmes sont pourtant en général sous avis techniques, et le nombre de fixations y est défini en fonction de divers paramètres, par exemple la localisation, la hauteur, les zones de rives, les zones à risque.

Fissuration et mauvaise adhérence du revêtement hydraulique de finition (chaux, ciment…).

Le module d’élasticité du revêtement de finition est parfois inadapté en regard des mouvements et sollicitations transmis à l’ITE. La présence d’un isolant susceptible d’absorber l’eau de gâchage des premiers micromètres de l’enduit de finition, créant ainsi un déficit d’hydratation à l’interface isolant /enduit, accentue la pathologie.
Des négligences au niveau de la mise en œuvre, de la prise en compte stricte des conditions climatiques (soleil, température, vent…), du dosage, du mode d’application, du respect des épaisseurs de produits et du produit chaux utilisé expliquent la sinistralité observée.

Infiltrations causées par une étanchéité à l’eau à la jonction ITE – menuiseries extérieures

Des infiltrations se produisent :

  • par la membrane d’étanchéité dans le cas d’une pose en applique extérieure (absence du joint en partie haute, décollement de la jonction membrane-menuiserie, percement de la membrane par fixation de l’isolant) ;
  • au droit des relevés latéraux de la bavette basse. On constate des siphonages au droit de la liaison bavette basse / menuiserie, des défauts de calfeutrement entre la menuiserie et l’enduit (joint de désolidarisation). Des insuffisances de fixation peuvent accentuer ces désordres par déformation des éléments constitutifs (ex : déformation de traverses basses) ;
  • relativement à l’absence de compribande ;
  • Chocs en parties basses : causés par accidents ou malveillance en l’absence d’une configuration d’armature adaptée (simple, double ou renforcée avec treillis fibres de verre).
Problèmes d’aspect
  • Fantômes de joints de panneaux :
    bien que rares, ces désordres sont liés à la migration préférentielle de la vapeur d’eau intérieure au droit des joints de panneaux « par trop non jointifs » (pas d’encollage sur chant afin de permettre les dilatations).
  • Salissures d’origine biologique : développement de micro-organismes favorisé par les facteurs climatiques et/ou chimiques, (dépôts de particules en suspension dans l’air) ou par la présence d’arbres à proximité. Insuffisance d’épaisseur du sous-enduit.
Moisissures à l’intérieur des bâtiments

L’étude thermique doit donner des préconisations sur la constitution complète de la paroi (pare vapeur…), son niveau de perméance, ou le type de ventilation associé afin de ne pas provoquer l’apparition de condensation et de moisissures pouvant engendrer une dégradation de la qualité de l’air intérieur.

shema isolation exterieur